Nom de l’Objet:

Astrolabe

Localisation:

Édimbourg, Écosse, Royaume Uni

Musée conservant l’objet:

Royal Museum, National Museums of Scotland (NMS)

About Royal Museum, National Museums of Scotland (NMS), Édimbourg

Date de l’objet:

417 de l’Hégire /1027 J.-C.

Artiste(s) / Artisan(s)

Muhammad ibn al-Saffar.

N° d’inventaire Musée:

T. 1959.62

Matériau(x) / Technique(s):

Cuivre moulé incisé.

Dimensions:

Ø 15,5 cm

Période / Dynastie

Omeyyade

Provenance:

Cordoue, Espagne.

Description:

Cet astrolabe se compose d'une plaque de fond en cuivre rivetée à un bord extérieur relevé (le limbe) gravé de mentions en écriture coufique. La partie centrale (la mère) est découpée. En partie supérieure est fixée une attache à travers laquelle coulisse un anneau (le trône) par lequel l'instrument était suspendu perpendiculairement au sol afin d'obtenir une lecture. La plaque avant ajourée montrant la position des étoiles (l'araignée) est une pièce de remplacement datant du VIIe siècle H (XIIIe siècle J.-C.). Au dos figure une alidade à deux viseurs. L'astrolabe se démonte en défaisant la clavette (également pièce ultérieure) de l'axe central pour dégager sept plaques superposées sous la mère. Sur ces plaques gravées de la même écriture coufique simple que sur le limbe sont mentionnés 14 lieux différents dont La Mecque, Médine, Saragosse, Samarra, Cordoue, le Caire, Tolède et Constantinople, leurs latitudes et les heures du jour le plus long. Les plaques sont également gravées d'azimuts et d'almucantars, et de lignes indiquant les heures de prière. L'intérieur de la mère comporte également l'indication gravée de 66 degrés sur une plaque de coordonnées écliptiques, tandis que le dos de l'instrument affiche divers calendriers et échelles. La signature de l'artisan est gravée au dos de la mère.
L'astrolabe est un instrument en usage depuis au moins le IIe siècle H (VIIIe siècle J.-C.). Il illustre la notion d'un univers géocentrique et offrait de nombreuses fonctions. Outil de calcul astronomique au moyen de l'observation des hauteurs du soleil et des étoiles, il était indispensable aux navigateurs et permettait également de calculer le temps, et en particulier le moment précis des cinq prières quotidiennes du musulman.
Deux astrolabes contemporains de cette période sont parvenus jusqu'à nous, tous deux signés Muhammad ibn al-Saffar, celui-ci étant le plus ancien. Il est intéressant de noter que Ibn al-Saffar, frère de Muhammad ibn al-Saffar, fut l'auteur du premier traité sur les astrolabes connu en Espagne musulmane.

View Short Description

Le monde musulman a hérité l’astrolabe de l’Antiquité. Il s’agissait d’un outil de calcul astronomique essentiel utilisé pour l’observation des étoiles, la navigation et pour savoir l’heure. Durant le IIe siècle H (VIIIe siècle J.-C.), il fut introduit en Europe à la suite à la conquête musulmane de l’Espagne.

Comment date et origine ont été établies:

Cet astrolabe fabriqué en Europe par Muhammad ibn al-Saffar et daté 417/1027 est le plus ancien connu. Au verso, figure une inscription coufique qui est sa signature : “Œuvre de Muhammad bin [ibn] al-Saffar à Cordoue en l'an 17 et 400” (417/1027).

Mode d’acquisition par le musée:

Donné au Royal Museum (NMS) par James H. Farr, F.I.M.I., en 1959.

Mode d’établissement de la provenance:

L'inscription au dos de l'astrolabe indique pour lieu d'origine Cordoue.

Bibliographie sélective:

King, D. A., “Some Medieval Astronomical Instruments and their Secrets”, Mazzolini, R. G. (dir.), Non-Verbal Communication in Science prior to 1900, Florence, 1993, pp. 29-52.
Maddison, F. et Turner, A., Science and Technology in Islam, catalogue d'exposition, Londres 1976, pp. 104-106.
Phillips, P., The Collectors' Encyclopaedia of Antiques, Londres, 1973, p. 604, fig. a.
Plenderleith, R. W., “Discovery of an Old Astrolabe”, The Scottish Geographical Magazine, vol. 76, n° 1, 1960, p. 25.

Citation de cette page web:

Ulrike Al-Khamis "Astrolabe" dans Discover Islamic Art. Museum With No Frontiers, 2017. http://www.discoverislamicart.org/database_item.php?id=object;ISL;uk;Mus03;1;fr

Fiche rédigée par: Ulrike Al-KhamisUlrike Al-Khamis

Ulrike Al-Khamis is Principal Curator for the Middle East and South Asia at the National Museums of Scotland in Edinburgh. She began her academic career in Germany before completing her BA (1st class Hons) in Islamic Art and Archaeology at the School of Oriental and African Studies in London in 1987. The same year she moved to Edinburgh, where she completed her Ph.D. thesis on “Early Islamic Bronze and Brass Ewers from the 7th to the 13th Century AD” in 1994. From 1994 to 1999 she worked as Curator of Muslim Art and Culture for Glasgow Museums and, in 1997, was one of the main instigators of the first ever Scottish Festival of Muslim Culture, SALAAM. Since 1999 she has been based at the Royal Museum in Edinburgh, where she has curated several exhibitions and continues to publish aspects of the collections. In addition to her museum work she has contributed regularly to the teaching of the Fine Arts Department at the University of Edinburgh.

Édition: Mandi Gomez
Traduction par: Jacques Bosser (de l'anglais).
Édition: Margot Cortez

N° de travail MWNF : UK3 01

RELATED CONTENT

 Artistic Introduction

 Timeline for this item

Islamic Dynasties / Period

Omeyyades d’Espagne


On display in

MWNF Galleries

Scientific objects

Download

As PDF (including images) As Word (text only)