Nom de l’Objet:

Astrolabe planisphérique

Localisation:

Stockholm, Suède

Musée conservant l’objet:

Astrolabe planisphérique

Date de l’objet:

729 de l’Hégire / 1329 J.-C.

Artiste(s) / Artisan(s)

Ahmad ibn Ali al-Charfi.

N° d’inventaire Musée:

S 1565

Matériau(x) / Technique(s):

Laiton; gravé.

Dimensions:

Ø 12,2 cm

Période / Dynastie

Nasride

Provenance:

Alcalá (près de Séville), Espagne.

Description:

L'astrolabe est un instrument d'astronomie composé de plusieurs parties. La première est un plateau circulaire appelé mère ou mater doté d'une bordure sur laquelle est gravée une échelle de 360 degrés, numérotée dans le sens des aiguilles d'une montre par intervalles de 5 degrés. Chaque section de 15 degrés est signalée par une ligne en pointillé. En partie haute figure une prise dont manque l'anneau qui lui est normalement rattaché. Un cordon y était passé pour suspendre l'instrument. Sept fines plaques de laiton et le rete ou araignée, plaque découpée qui indique les étoiles, sont fixés sur la mater par une broche traversant le plateau en son centre.
Le fonctionnement de l'astrolabe planisphérique repose sur le principe de la projection stéréographique. Les cercles sur les plaques représentent la surface sphérique de la terre à une latitude donnée. Ceux du rete correspondent à la voûte des étoiles fixes. Comme le rete est mobile, grâce à quatre boutons ici disparus, la terre et le firmament peuvent être placés en combinaison. Les étoiles sont indiquées par des pointeurs. Les 29 pointeurs de cet astrolabe possèdent un pied fait de deux anneaux percés et au-dessous duquel est gravé en style coufique le nom d'une étoile. La séduction de ces astrolabes arabes d'Occident vient des courbures et de la décoration de ces éléments. Une partie tout aussi importante du rete est l'écliptique, ou cercle zodiacal. Les noms arabes des signes du zodiaque y sont gravés en style coufique.
Au dos de l'instrument figurent plusieurs cercles représentant le zodiaque ou les mois du calendrier julien sous leur nom arabe et deux carrés sombres. Au-dessus de la ligne est-ouest sont gravés le nom d'Ahmad ibn Ali al-Charfi, l'artisan qui a fabriqué l'instrument, la date et le lieu de sa fabrication.
L'astrolabe servait à de nombreux usages comme la mesure de l'altitude du soleil et des étoiles pour déterminer le lever et le coucher du soleil ou l'heure de la prière.

View Short Description

Instrument astronomique composé de plusieurs pièces indiquant, par exemple, la position des étoiles, le zodiaque ou l’écliptique. Il servait à de nombreuses fonctions comme mesurer l’altitude du soleil ou des étoiles, déterminer le lever du soleil ou les heures de prière.

Comment date et origine ont été établies:

L’année de fabrication est gravée au dos.

Mode d’acquisition par le musée:

Acheté par le major Arvid Mörner à Fès (Maroc) en 1907. Le Musée maritime national l’a acquis en 1931 auprès du comte Otto Hamilton.

Mode d’établissement de la provenance:

Le lieu de fabrication, gravé au dos ainsi que le nom de l’artisan, est Alcalá.

Bibliographie sélective:

Gunther, R. T., The Astrolabes of the World, 2 vol., Londres (reprint), 1976.
King, D. A., Islamic Astronomical Instruments, Londres, 1987.
Maddison, F. et Savage-Smith, E., Science, Tools and Magic: The Nasser D. Khalili Collection of Islamic Art (J. Raby éd.), vol. XII, 1, Londres-New York, 1997.
Sjöhistoriska Museet Årsbok, 108, 1988/1989.
Stautz, B., Die Astrolabiensammlungen des Deutschen Museums und des Bayrischen Nationalmuseums, Munich, 1999.

Citation de cette page web:

Friederike Voigt (sur la base d’informations fournies par Susanna Allesson Nyberg). "Astrolabe planisphérique" dans Discover Islamic Art. Museum With No Frontiers, 2017. http://www.discoverislamicart.org/database_item.php?id=object;ISL;se;Mus01_A;33;fr

Fiche rédigée par: Friederike Voigt (sur la base d’informations fournies par Susanna Allesson Nyberg).Friederike Voigt (sur la base d’informations fournies par Susanna Allesson Nyberg).

Friederike Voigt has an MA in Iranian studies, history of art and social science and is currently working on her doctoral thesis on wall tiles in architectural decoration of Qajar Iran. Since 2004 she has been a project-related curator at the Museum for Mediterranean and Near Eastern Antiquities in Stockholm for Museum With No Frontiers. She studied at Humboldt University in Berlin, at the University of Tehran and archaeology at the University of Halle-Wittenberg. She taught Persian language at several universities in Germany. She was an assistant curator at the Department of Near and Middle Eastern Cultures at the Museum of Ethnology, State Museums of Berlin. Her main fields of interest are the material culture of Iran, especially of the Qajar period, and contemporary Iranian art.

Édition: Monica Allen
Traduction par: Jacques Bosser (de l'anglais).
Édition: Margot Cortez

N° de travail MWNF : SE 35

RELATED CONTENT

 Artistic Introduction

 Timeline for this item


On display in

MWNF Galleries

Scientific objects

Download

As PDF (including images) As Word (text only)